Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

27 juin 2012

La vie cachée de Katarina Bishop
Tome 1: vols en haute société
de Ally Carter



Broché : 312 pages
Éditeur : Michel Lafon
Sortie : 10 février 2011

Une famille :
Les Bishop, experts dans l’art du vol des oeuvres de maîtres depuis quatre générations.
Une professionnelle :
Katarina Bishop, quinze ans.
Des amis qui n’ont peur de rien. 
Un amoureux secret prêt à tout pour lui venir en aide.
Une mission :
Récupérer des tableaux inestimables extorqués à leurs propriétaires durant l’Holocauste... puis dérobés chez un collectionneur d’art mafieux. Les toiles sont aujourd’hui cachées dans l’un des musées les plus sécurisés au monde.
Un compte à rebours :
15 jours pour constituer la meilleure équipe de voleurs au monde et relever le défi.
Un enjeu :
Sauver l’un des leurs.



♦ Pour commencer :
Je m’étais procuré ce premier tome en fin d’année dernière. A l’époque, je me disais que ce serait parfais pour une lecture d’été. Depuis, je n’ai pas eu l’occasion de repenser à ce livre. Puis voyant que le tome 2 allait bientôt sortir, j’y est un peu repensé. 
Ce qui donné l’envie de sortir ce livre de ma PAL avant l’été ? Le fait d’avoir la change de recevoir le tome 2 dans ma boite aux lettres.

♦ Mon avis sur le personnage de Katarina :
Katarina n’a pas eu une enfance ordinaire, elle a en effet grandit dans une famille de grands voleurs. Elle, tout ce qu’elle désirait, c’était de s’éloigner de ce monde, de cet univers. Pour cela, elle a subtilisée une place dans un célèbre internat. Seulement, quand son père est accusé injustement par un grand parrain de la pègre italienne de vol, elle n’a pas d’autre choix que de reprendre du service, afin non seulement d’innocenter son père, mais également de récupérer les toiles qu’il a soit-disant subtilisé. 

Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à m’attacher à Katarina au départ. Je ne serais dire pourquoi mais elle m’est apparue comme quelqu’un d’égoïste, ne pensant qu’à se petite personne. Je n’adhérais pas à sa manière de voir les choses. Puis au fil de ma lecture, elle m’est apparue beaucoup moins nombriliste, et j’ai réussi à commencer à m’y attacher.

♦ Mon avis sur la famille de Katarina :
C’est certainement le point faible de ce roman me concernant. Pendant une bonne partie de ma lecture, j’ai vraiment eu du mal à identifier et à me repérer de par la multitude de personnages. On peut dire que Katarina à une très grande famille.

J’ai surtout, au fil de mon avancé dans l’histoire, réussi à m’attacher à Hale, le meilleur ami de Katarina, et à Gabrielle, sa cousine.

J’espère vraiment voir une évolution de certains personnages dans le tome 2. Même si finalement, j’ai réussi à me repérer, je ne serais pas contre le fait d’avoir un peu plus de détail, d’approfondissement dans le récit.

♦ Mon avis sur l’histoire globale :
Je ressors de cette lecture avec un avis plutôt positif. Même si au départ, cela avait tendance à manquer de profondeur, je dois dire que l’auteure fini par très bien s’en tirer. Elle nous propose une trame qui tient la route et qui s’avère passionnante.

♦ Le style de l’auteur :
Un style léger, peut-être même un peu trop parfois. Certes, j’ai adoré mais j’avais parfois la désagréable sensation d’avoir loupé quelque-chose. L’auteure s’enlise en nous parlant de choses pas très importantes oubliant au passage de nous présenter certains personnages important.

♦ Ce qui m'a réellement plu dans ce livre :
Le fait que l’héroïne soit une voleuse, le fait qu’elle soit du mauvais côté de la barrière. Il faut avoue que c’est assez rare de trouver des livres jeunesse nous proposant ce genre d’histoire, de trame.

J’ai également beaucoup apprécié de voir le monde de l’art, des musés mis en avant. Par contre, j’ai été très déçu d’apprendre que l’auteure est décidée d’inventer les œuvres d’arts cités dans ce roman. Elle aurait à mon avis du parler de tableaux, de sculptures, qui existent réellement, cela aurait pu donner un aspect plus authentique à son récit.

♦ Ce qui ne m'a pas plu ou dérangé :
Le fait que l’auteure n’approfondisse pas certain personnage nous permettant de ce fait de ne pas les reconnaitre facilement. Au vu du nombre de personnages, il ne m’a pas été facile de me repérer parfois.

Un style un peu trop léger, je n’aurais pas été contre deux – trois descriptions supplémentaires. 

♦ Le petit mot pour la fin ? 
Même si je soulève certains points pas très positifs, sachez juste que j’ai vraiment passé un très bon moment avec Katarina Bishop. Certes deux – trois défauts sont à relever, mais ce roman s’avère être une lecture très fraiche, légère, idéale pour l’été.


Ma note : 15/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire