Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

16 février 2013

Nos étoiles contraires
de John Green


Broché : 330 pages
Editeur : Nathan 
Sortie : 21 février 2013

Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.



Depuis le début de l’année, j’ai envie de changement dans mes lectures. Jusqu’à présent, j’avais plus pour habitude de me cantonner dans les livres jeunesses, fantastiques, parfois Bit-lit. Dorénavant, il me faut plus de choix, plus de nouveaux univers. Quand Nos étoiles contraires a commencé à circuler sur la blogosphère, j’ai de suite eu l’envie de le lire. Ceux qui me connaissent un minimum savent que j’ai tendance à être très vite déprimé, mais j’avais tout de même envie de tenter l’aventure.

Depuis quelques mois, j’entends très souvent parler de John Green. Généralement, les critiques sont élogieuses. L’auteur semble avoir une écriture qui ne peut vous laisser indifférent. C’est vrai qu’avec toutes ces bonnes critiques, j’avais moi aussi très envie de le découvrir. Le soucis, c’est que parfois, quand on tombe que sur de très bons avis, on a toujours tendance à placer la barre trop haute et on finit par être déçu.

Je vous rassure de suite, ce n’est pas mon cas. Je pense être entré de suite dans son écriture, dans ce qu’il voulait me raconter. Dès les premières pages j’ai été happé par son style, par son histoire et je n’ai plus réussi à reposer le livre puisqu’il a été terminé en moins de 24 heures.

L’histoire est toute simple, Hazel, 16 ans, atteinte d’un cancer en phase terminale rencontre Augustus un jeune homme de 17 ans en rémission. De suite, quelque-chose se passe entre eux et ils finissent par devenir inséparables. 

Vous devez vous dire que ce livre doit être déprimant, triste… mais cela dépend des personnes. 
Pour moi, non. J’avoue ne pas avoir versé une seule larme (même si j’ai tout de même failli à plusieurs reprises). Ce roman est avant tout une très belle leçon de vie, de courage, d’espoir. 


Je pense qu’il y a deux manières de comprendre ce roman :
  • La première est sans nul doute la version que j’ai comprise et que je vous ai parlée dans le paragraphe précédent. 
  • Maintenant, pour la seconde, j’avoue que je suis tombé sur des chroniques ou les personnes avaient pris la lecture de manière radicalement différente. Disant que John Green était plutôt quelqu’un de défaitiste, avec une vision très noir de la maladie. Je respecte ces avis, mais ayant eu une personne de mon entourage proche ayant eu un cancer j’avoue que j’ai plutôt tendance à voir les choses du bon côté.


Je ne suis pas là pour lancer un débat, je suis juste venu vous parler de ce livre qui m’a réellement touché mais surtout permis de comprendre certaines choses que je n’avais malheureusement pas comprises il y a 6 ans.

Le message de John Green est clair. Quand on tombe malade, la maladie, le cancer, ne doit pas prendre le pas sur ta vie. Tu dois te battre, penser à ton avenir, continué à vivre, mais cela ne doit pas devenir une généralité. Le cancer ne doit pas passer au premier plan au risque de passer à côté de ta vie.

Certains devront se dire : c’est plus facile à dire qu’à faire. Et j’en suis bien d’accord. Chacun aborde la maladie comme il le désire, mais ce n’est pas le thème de cet article, une fois de plus je m’égare…

Difficile d’écrire sur un livre qui a réussi à vous toucher au plus profond de soi, a réussi à remuer des souvenirs mis en sommeils. Ce roman m’aura permis de prendre conscience de certaines choses. J’avais parfois l’impression que Hazel et Augustus étaient des personnages réels.

D’ailleurs, on ne peut que s’attacher à eux, que s’inquiéter pour eux. La dernière partie du roman est poignante, touchante, bouleversante. Quand on commence ce genre de roman, on s’attend à la fin. Une fois de plus John Green arrive à se démarquer, à faire table rase des schémas classiques et à nous proposer quelque-chose d’inédit. 

Je pense avoir fait le tour de ce que j’avais à vous dire. Je pense que c’est la chronique la moins structurée que j’écris sur ce blog. Pas facile de parler des sentiments que l’on ressent face à cette lecture. J’espère vraiment vous avoir donné l’envie de vous pencher sur ce roman car il le mérite vraiment. Un grand merci, au passage, à NATHAN et à Samia en particulier pour m’avoir permis de lire ce roman avant sa sortie.

Il me tarde maintenant de découvrir les autres romans de John Green…

Ma note : 19/20

4 commentaires:

  1. Ce livre m'a aussi beaucoup touché, et je n'ai pas pu m'empêcher de verser quelques larmes ...
    L'histoire m'a fait penser à des personnes en particulier, et c'est pour ça, je pense, que je me suis autant attachée à Hazel et Augustus ...

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre m'a aussi beaucoup touché. La plume de John Green est légère et poignante à la fois.
    C'est une petite leçon de vie, une dose d'espoir à ceux atteint par le cancer.
    J'avais juste deviné la fin du livre mais je pense que c'était un coup du hasard... ça n'a rien enlevé au charme de ma lecture !

    RépondreSupprimer
  3. Décidément, les blogueurs ne tarissent pas d'éloges à l'égard de ce roman. Il faut dire que John Green est une valeur sûre dans l'édition jeunesse. A voir si je peux le trouver à la médiathèque!
    Bises Benji

    RépondreSupprimer
  4. Je vois énormément d'avis positifs sur ce roman, ce qui me donne très envie de le découvrir!! =)

    RépondreSupprimer