Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

7 mars 2013

Tout sauf le grand Amour
de Kristan Higgins


Broché: 448 pages
Editeur : Editions Harlequin 
Sortie : 1 février 2013
Collection : MOSAIC

Ce que cherche Lucy Lang à l’aube de ses trente ans ? Un homme sympa et honnête. Un homme qui s’occuperait du jardin, des barbecues, et qui jouerait au foot avec les enfants. Et surtout, surtout, un homme qui ne déclencherait en elle aucun émoi amoureux, aucune grande passion. Car Lucy refuse l’idée de souffrir de nouveau, comme elle a souffert cinq ans plus tôt en perdant son mari. Oui, il est temps, après cinq ans, de tourner la page, et de se lancer dans une nouvelle vie. Première étape : prévenir Ethan Mirabelli, son amant sexy mais inépousable, qu’il est temps de revenir à une relation strictement amicale. Deuxième étape : se lancer dans la quête de son futur mari, celui qui sera tout pour elle. Tout, sauf le grand amour.



Depuis le début de l‘année, j’ai réellement découvert un nouveau genre qui me plait de plus en plus : la romance. Même si au départ, j’avais beaucoup de préjugés concernant ce genre mais à force de voir des Booktubeurs en parler avec autant d’éloges que j’ai décidé de me lancer. A l’époque, je souffrais souvent de pannes livresque et j’avais besoin de quelque-chose de léger qui permette de m’évader sans me prendre la tête, j’ai donc sauté le pas et depuis j’adore…

Quand j’ai eu l’occasion de découvrir ce roman (au passage, je remercie énormément Camille et les éditions Harlequin collection Mosaic pour leur confiance). J’ai sauté sur l’occasion.
Déjà grâce à sa couverture vraiment alléchante, ensuite, parce que j’avais entendu énormément de bien de l’auteure. A chaque fois que j’entendais parler de Kristan Higgins, c’était vraiment dans des termes élogieux. On dit souvent d’elle qu’elle a un vrai don pour écrire de la romance, je voulais le découvrir par moi-même.

La couverture VO
J’ai eu un peu peur au départ car le premier chapitre m’est apparu comme très fouillis. La scène dans cette fameuse chambre d’hôpital m’a fait très peur. La famille y est réuni, tout le monde parle en même temps, l’auteure ne prend pas le temps de réellement présenter les tantes (au départ, je pensais même qu’elles étaient sœurs). J’ai espéré que cela ne serait pas brouillon tout du long car mine de rien ce roman est un petit pavé de 443 pages !

Heureusement, dès le chapitre suivant, on constate que cela s’améliore. Toujours énormément de mal à différencier les tantes (je n’y suis jamais parvenu mais cela ne m’a pas du tout gêné au final) mais l’histoire se met en place, on comprend le drame qui a frappé Lucy et on ne peut qu’éprouver de la peine pour elle.

Du jour au lendemain, elle se dit qu’elle en a assez de vivre dans le deuil, même si l’absence de son défunt mari se fait toujours ressentir, elle doit passer à autre-chose et désire se relancer dans les rencontre. Seulement, une terrible malédiction pèse sur cette famille. Toutes les femmes qui la composent se retrouvent veuves très tôt. Ses tantes se font même appeler les veuves noires.
Elle se met donc à la recherche d’un homme qu’elle pourra juste supporter. Tout… sauf le grand amour.

Bien évidemment, comme vous pouvez vous en douter. Tout ne va pas se passer comme Lucy le désire. L’amour pourrait surgir quelque-part on elle ne l’attend absolument pas !

Kristan Higgins
Ce roman, c’est simple : je l’ai dévoré ! Une écriture bourrée de charme, très addictive. Je n’ai jamais autant rigolé en lisant un livre. La scène du restaurant m’a fait littéralement partir dans un fou rire monumental (ma mère s’est même inquiétée pour ma santé mentale). D’autres passages m’ont beaucoup touchés, émut, quasiment au bord des larmes. La façon dont l’auteure, Lucy, apprivoise le deuil, m’a fait rappeler des souvenirs que je pensais oublier. Ce livre a réussi à me toucher plus que je ne le pensais.

Même si au premier abord Lucy est quelqu’un qui j’apprécie, que j’aime beaucoup, parfois, j’avais juste envie de la secouer, de lui faire entendre raison. Dès qu’elle ne va pas bien, elle s’enferme dans son passé, dans son mariage. Parfois, il n’y a rien de bon à vivre dans son passé, il est préférable de s’axer sur son avenir.

Il n’y a pas que Lucy que j’ai beaucoup appréciée…

Ethan, m’a beaucoup touché. Même s’il est meurtrit, il reste neutre tout du long, laisse faire les choses. Je ne comprenais pas cette neutralité au départ jusqu’à la fameuse révélation.

Puis, il y a également les veuves noires. Globalement, j’avais tendance à bien les aimer mais elles m’énervaient un peu d’empêcher Lucy de vivre sa vie, de l’empêcher de faire ce qu’elle voulait le plus au monde.

Fat Mikey, le chat, est également un personnage à part entière. Ses réactions étaient juste hilarantes par moment. Le passage de la marmotte aura eu le mérite de me faire hurler de rire. Je voulais même vous le retranscrire ici mais ma voisine m’a emprunté le livre…

Au final : comme vous l’aurez compris (je l’espère), j’ai passé un très très bon moment avec ce roman, avec l’écriture de Kristan Higgins. Lire ce roman alors que j’étais déprimé était une excellente idée. Ce livre est encore plus efficace qu’un antidépresseur les amis. A consommer sans modération…

Ma note : 19/20

5 commentaires:

  1. Tu me donnes bien envie de lire ce livre ! Hop dans ma wish list :)

    RépondreSupprimer
  2. je ne lis que très rarement ce genre de livres...mais c'est décidé celui ci entre dans ma liste de lecture...merci!!!

    RépondreSupprimer
  3. c'est marrant je n'ai pas du tout aimé...

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien envie de découvrir cette auteur et ce livre. merci

    RépondreSupprimer
  5. Ce bouquin est dans ma PAL ! Je veux aussi découvrir l'auteur .. Il ne me reste plus qu'à le lire :D

    RépondreSupprimer