Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

29 juin 2014

Vivants
de Isaac Marion


Format Kindle
Pages de l'édition imprimée : 322 pages
Editeur : Bragelonne
Sortie : 1 juin 2012

Une émouvante parabole sur notre époque et la nostalgie d'une vie pleine. R est un zombie. Il n'a pas de nom, pas de souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans les ruines d'une ville dévastée, R rencontre Julie. Elle est vivante, palpitante. C'est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. C'est le début d'une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Ce n'était jamais arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts. Il veut respirer de nouveau, il veut vivre, et Julie va l'aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.



Une lecture commune avec Hélène et Ingrid, c'est une expérience particulière que je vous souhaite de vivre au moins une fois dans votre vie, mais en plus, si on ajoute le manque de chapitre dans le livre que nous sommes en train de lire, cela ajoute quelque chose de très difficile à rapporter à l'écrit, en gros, c'était le bordel complet.

Le but de cette lecture commune était de découvrir l'œuvre d'Isaac Marion, "Vivants". Non seulement, nous avons passé un très bon moment en lisant ce livre, mais en plus, les à-côtés étaient encore meilleurs...

Nous avons commencé le roman un dimanche et nous nous étions donnés pour objectif de  lire 5 chapitres pas jour. Si Ingrid n'a pas réellement rencontré de soucis, car elle avait la version papier, on ne peut en dire autant d'Hélène et moi qui lisions le livre en e-book. Seules les parties étaient séparées, pour les chapitres, il fallait se débrouiller comme on pouvait (et ça n'a pas été très simple).

Bon, je vais arrêter avec mes anecdotes de cette lecture commune, je pense que vous préféré plutôt avoir mon avis sur le livre... Non ?

Dès les premières pages, le premier chapitre, j'avoue avoir été transporté par le style de l'auteur. Nous rencontrons R, un zombie, et très vite, nous comprenons qu'il sera notre narrateur !

Avoir un narrateur zombi, j'avoue que ça m'a fait bizarre au tout début. C'est vrai que dans le genre "zombi", nous avons plus l'habitude d'être transportés vers les humains. Ici, l'auteur arrive à créer sa propre mythologie. Si vous pensiez que les zombies n'avaient aucune consciences, ne pensaient qu'à se nourrir, à déambuler sans but, ici ce n'est vraiment pas le cas.

Les zombies d'Issac Marion sont très différents de ceux que nous rencontrons d'habitude. Ils ont ce qu'on pourrait appeler une conscience, même s'ils se laissent porter par leur instinct primaire : se nourrir. Les zombies de l'auteur se nourrissent de cerveaux, mais cela débouche sur une particularité, un événement que je ne désire pas vous dévoiler ici, car pour moi, c'est le vrai point fort de cette première partie, vous le dire serait vous gâcher une partie de votre lecture.

R a une "vie" (noté les guillemets) déjà différente des autres zombies dès le début. Il se pose beaucoup de questions sur son "existence", sa façon de vivre, de devoir se nourrir. On voit qu'il désire se rattacher à son côté humain. Dès le début, on ne peut que s'y attacher, à éprouver de l'empathie pour lui, pour son "histoire".

Puis, il rencontre Julie, et tout change. Son côté humain fait de plus en plus surface. Au lieu de la manger, il décide de la sauver. Une fois de plus, je passerais sous silence l'élément déclencher qu'il fait que peu à peu, il se transforme, sinon, je reviendrais systématiquement à vous spoiler le premier point de ma chronique. Sachez juste que se balader dans la tête de R aura été un véritable plaisir en ce qui me concerne.

Dans cette histoire, on finit par se rendre compte que les méchants ne se trouvent pas systématiquement où on pourrait le penser. Le genre humain, nos instincts primaires sont quelque chose que je ne comprendrais jamais...

Si la première partie est poétique, magnifique, touchante, j'ai été très légèrement déçu par la deuxième. On change d'ambiance, j'avais parfois cette sensation de lire le deuxième tome d'une saga. Cela reste toujours bon, mais j'avais parfois cette sensation d'avoir perdu quelque chose.

J'ai trouvé que les éléments, l'intrigue de cette deuxième partie étaient beaucoup trop rapide, cela ne m'a pas gêné pendant ma lecture, mais après, en faisant mon débriefing avec les filles, j'ai fini par remarquer les petits défauts de cette histoire. À trop vouloir en faire, l'auteur fini par se perdre en chemin et je trouve cela très dommage. 

Dans la première partie, il pose son histoire au détriment de l'action et cela ne m'a absolument pas gêné. Par contre, dans la deuxième partie, on dirait qu'il a voulu insuffler un rythme beaucoup plus rapide au détriment de l'histoire et cela ne fonctionne pas vraiment.

Au final, je dirais que j'ai beaucoup accroché à cet univers particulier, poétique, touchant même si la deuxième partie est un peu moins bonne que la première. J'ai trouve que cela change des histoires de zombies que nous avons l'habitude de lire/voir et cela fait un grand bien d'avoir du renouveau dans ce genre...

Ma note : 16/20

3 commentaires:

  1. Une tres joie chronique sans spoilers ^^ J'étais très contente de découvrir ce livre avec toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi. Il va falloir refaire une LC prochainement :D

      Supprimer