Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

31 juillet 2014

Au bois dormant
de Christine Féret-Fleury

Broché : 352 pages
Éditeur : Hachette Black Moon
Sortie : 11 juin 2014

On l’appelle le Rouet. En référence au « rouet » sur la pointe duquel la Belle au Bois Dormant se pique le doigt dans le conte de Perrault. Car le Rouet est un tueur en série qui traque ses victimes dès leur naissance, promettant à leurs parents qu’il leur dérobera la vie le jour de leur 16 ans. Ariane aura 16 ans dans quelques mois. Elle décide de s’enfuir plutôt que d’attendre cette mort annoncée. En chemin, elle rencontre Lara, une jeune fille qui lui ressemble comme une sœur. Mais un terrible accident emporte Lara. Elle aurait eu ses 16 ans dans quelques jours. Dans la précipitation, on confond Ariane et Lara. Et si changer d’identité était la solution pour échapper au tueur ? Ariane décide de se faire passer pour la défunte et continue sa fuite. Mais le tueur est bien plus proche qu’elle ne le croit…

Souvenez-vous, en septembre 2012, je lisais un autre livre de cette auteure (vous pouvez d'ailleurs retrouver ma chronique ici) intitulé "La trace". Le livre me donnait envie, mais ma lecture avait viré au cauchemar. Quand j'ai vu son nouveau roman "Au bois dormant" tourner sur la blogosphère, j'ai vu des mauvais souvenirs livresques remonter à la surface... Puis, j'ai commencé à voir de très bonnes critiques tourner le concernant (contrairement à "La trace" qui je pense n'a jamais eu la chance d'avoir une seule bonne critique). Quand Mathieu a commencé à en parler dans une de ses vidéos, il m'a donné envie de donner une seconde chance à l'auteure. Et comme le monde est parfois parfait, j'ai reçu ce roman la semaine suivante...

À peine reçu, à peine commencé. Bon certes avec un peu d'appréhension, mais j'ai décidé de laisser l'épisode de "La trace" de côté, de ranger mes préjugés et de me laisser emporter par cette histoire.

Et je dois avouer que ça a plutôt bien marché, car dès le premier chapitre, le feeling est très bien passé et j'ai eu de suite cette envie de continuer et d'en apprendre un peu plus sur Ariane et le rouet.

Cette réécriture de conte à la sauce thriller a vraiment bien marché pour moi. Je n'ai pas pour habitude de lire ce genre littéraire et j'ai été surpris de voir à quelle vitesse je me suis laissé emporté par l'histoire, par les mots de Christine Féret-Fleury. L'écriture est fluide, elle nous permet de suivre plusieurs personnages.

Bon, j'ai tout de même relevé quelques petites faiblesses. Comme son précédent roman, j'ai parfois été perdu en ce qui concerne les sauts de lignes. D'un paragraphe à l'autre, on passe du coq à l'âne et j'ai parfois eu un peu de mal à me remettre dans le contexte de l'histoire. Idem pour le dernier quart du livre, je ne peux pas dire pourquoi, mais à un moment donné, j'ai perdu le fil de l'histoire et j'avais un peu de mal à me repérer. Je ne sais pas si cela vient de moi ou du roman, mais j'ai eu besoin d'un voir deux chapitres pour reprendre pied.

En ce qui concerne les personnages, je dois dire que je me suis attaché très rapidement avec Ariane. Comment ne pas s'attacher à elle ? La malheureuse se retrouve embarquée dans une mésaventure, elle apprend qu'elle est sensée être assassiné le soir de son seizième anniversaire. Si au départ, elle apparait comme quelqu'un de forte, plus la date fatidique approche et plus on la sent perdre pied.

Heureusement, dans cette mésaventure, elle rencontrera Reine, Clara, Marga et Beth qui se révéleront de précieuses alliées. Je me suis bien attaché à elles également, même si je n'arrivais pas toujours à les différencier. Elles servent de point d'ancrage pour Ariette, ça apporte un peu de douceurs à cette histoire.

Puis, on rencontre également Jude, qui lui aussi se révèle attachant. Il a vécu des choses pas très faciles, il est déterminé, il fait le dur, mais au fond de lui, c'est un homme brisé.

C'est toute cette palette de personnage qui rend le roman touchant. Sa principale force pour moi, c'est qu'il m'a fait ressentir des émotions. On se prend, en effet, d'affection pour ces personnages qu'on a peur de ce qu'ils pourraient leur arrivé.

Le roman n'est cette pas exempt de défaut, mais il m'a fait (re)découvrir un genre littéraire que je n'ai plus l'habitude de lire : les thrillers. J'ai beaucoup aimé cette histoire, ces personnages et je pense que ça sera avec plaisir que je me laisserais retenter par un autre livre de Christine Féret-Fleury. Cette lecture m'aura permis de confirmer que parfois, il y a vraiment du bon à laisser une seconde chance à un auteur pour lequel on n'a pas accroché au premier abord.

Je voulais terminer cette chronique en remerciant Hachette Black Moon pour cet envoi surprise (dans tous les sens du terme). Contrairement à ce que je pensais au départ, j'ai vraiment apprécié cette lecture.

Ma note : 15/20

5 commentaires:

  1. Hey Benji !
    Ta chronique est top :) Je suis content qu'il t'ai plu !

    RépondreSupprimer
  2. C'est bon à savoir :D J'hésite toujours beaucoup avec cette auteure. Je n'ai pas lu celui-ci ni "La Trace" mais déjà d'autres de ses romans, et c'est un peu "Je t'aime, moi non plus" une fois ça passe, et l'autre fois ça casse...
    Mais celui-ci me fait de l'oeil depuis sa sortie, et je n'arrive toujours pas à me décider ^^ Merci pour cet avis positif :D Des bisous

    RépondreSupprimer
  3. Il est dans ma PAL et j'avoue qu'il m'intrigue pas mal :)

    RépondreSupprimer
  4. Comme quoi !!! Ce roman fut une belle surprise pour moi, je me suis lancée dedans les yeux fermée. J'ai La trace dans ma pal mais j'ai quand même vu des bons avis et j'aime beaucoup cet auteur... Je verrai donc! :D Bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas lu la Trace mais comme j'aime énormément cet auteur, je l'ai déjà mis dans ma wish. J'ai adoré Au bois dormant et surtout la plume très poétique et imagée qui instaure directement une ambiance esthétique et assez froide qui convient parfaitement à un thriller.

    RépondreSupprimer