Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

14 octobre 2014

Half Bad, tome 1 : Traque blanche
de Sally Green


Relié : 384 pages
Éditeur : Editions Milan 
Sortie : 24 septembre 2014


Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. A 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.



Depuis le temps que j'entends Milan parler de cette saga. On peut dire qu'ils ont vraiment mis le paquet concernant la promotion de ce titre. Dès l'annonce de cette future sortie, j'ai de suite eu la curiosité titillée. Pourtant, je dois dire que je n'étais pas forcément pressé de le lire. J'avais, en effet, vu pas mal de critiques mitigés sur la blogosphère anglaise et j'avais peur d'être déçu par cette lecture.

Le début de ce roman est déroutant. C'est noir, limite lugubre puisqu'on y rencontre Nathan qui est enfermé dans une cage, torturé... De plus, pour nous dérouter encore plus, l'auteure prend le parti d'utiliser un style très particulier. On ne comprend pas ce qui se passe, on se retrouve complètement désorienté.

Nathan finit donc par nous raconter son histoire nous permettant de comprendre pourquoi il se retrouve dans une telle situation. C'est à partir de ce moment qu'on en apprend un peu plus sur l'univers, la mythologie que développe l'auteure.

Ce qui m'a gêné pendant ma lecture, c'est que j'avais parfois la désagréable sensation de me retrouver devant un univers que je connaissais déjà, mais je n'arrivais pas à comprendre cette étrange sensation jusqu'à ce que l'auteure utilise le terme de « béjaune » pour qualifier les humains.

Car dans ce roman, nous évoluons dans un univers magique, remplit de sorciers. Il faut savoir que les sorciers sont divisés en deux catégories : les blancs et les noirs.
Le souci, c'est que Nathan est issu d'une union entre une sorcière blanche et un sorcier noir, ce qui fait de lui un métis. Le conseil des sorciers blancs ne sachant pas de quel côté Nathan va se diriger le jour de son dix-septième anniversaire, décide de le surveiller.

Bien au-delà de l'histoire, j'ai eu cette étrange impression que l'auteur faisait l'amalgame entre le raciste. Les blancs sont censés représenter les gentils et les noirs, les méchants, mais les blancs agissent avec une telle cruauté et un tel sadisme que j'avais parfois la sensation que c'était les noirs les gentils.

Même si j'avais pu me passionner pour cet univers, quelque chose a continué à me gêner. J'avais parfois cette désagréable sensation d'évoluer dans l'univers de la très célèbre saga de J.K. Rowling, "Harry Potter". Pour moi, il ne fait aucun doute que Sally Green s'est fortement inspirée de cet univers pour créer le sien. L'impression de voir ce qu'il se passer à l'extérieur de Poudlard pendant une année scolaire.

De plus, j'ai également trouvé que le récit avec un gros souci de rythme. Il faut attendre plus de la moitié du roman avant de voir les choses bouger, et encore, je trouve que ça continue malgré tout de tourner en rond.

Alors certes, je ne m'attendais pas vraiment à quelque chose d'inoubliable concernant ce roman, mais je dois dire que je suis malgré tout un peu déçu, car je m'attendais tout de même à un peu mieux. Au jour d'aujourd'hui, je ne suis même pas certain de vouloir lire la suite, c'est dire...

Ma note : 12/20

1 commentaire:

  1. C'est dommage que t'as pas aimée ce roman. Personnellement j'ai adorée mis à part le style de l'auteure au tout début que m'a perturbée. ça me rassure de pas avoir était la seule qui n'a pas aimer cette manière ,qu'elle à choisie d'écrire

    RépondreSupprimer