Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

20 octobre 2014

Tout pour plaire
d'Ingrid Desjours


Rien n'est plus suspect qu'une personne qui a tout pour plaire. 
Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu'une belle et brillante jeune femme n'a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ca, sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu'un séducteur avide de pouvoir n'a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques.
Oui les ragots vont bon train.
Alors quand s'installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s'échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n'arrange rien.
Bien au contraire.
Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d'un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus.



Depuis cet été, j'entends beaucoup parler de la véritable identité de Myra Eljundir alias Ingrid Desjours. Avant cette fameuse révélation, je n'avais jamais entendu parler de cette auteure. Il faut dire que je ne lis quasiment jamais de thriller. Pourquoi ? Je ne pourrais réellement vous donner une raison valable, c'est juste que je ne me dirige jamais vers ce genre de moi-même.

Pourtant, il faut être honnête, depuis que j'ai "rencontré" Ingrid Desjours, je crève d'envie de lire l'un de ses romans. Pourquoi ? (cette question revient souvent, non ?) Tout simplement parce que je suis tombé sous son charme. A chaque interview, je dois avouer qu'elle me bluffe et que j'aime beaucoup cette impression de naturel qu'elle dégage. J'adore son franc parlé, sa façon de ne pas se prendre la tête. L'image qu'elle transmet via les médias a donc eu sur moi un effet bizarre, car pour la première fois de ma vie, cela m'a donné envie de lire un thriller, et pas n'importe lequel, puisque j'ai fini par jeter mon dévolu sur son dernier roman sorti « Tout pour plaire ».

Bon, je vais éviter le petit jeu de mot foireux qui m'a été soufflé par Elodie... Et puis non, j'ai bien envie de vous le faire à vous aussi... Ce roman a-t-il eu tout pour me plaire ? La réponse de suite à la suite de cette chronique (et en plus, ça rime, c'est magnifique).

N'étant pas mon genre de prédilection, lire un petit pavé de 520 pages aurait pu me faire peur. Pourtant, c'est l'esprit confiant que je me suis lancé dans cette aventure. J'ai acheté ce roman le 8 octobre, le soir même, je me lancer. Je n'avais pas envie d'attendre, je voulais absolument savoir pourquoi l'écriture d'Ingrid Desjours était décrite très souvent comme addictive. Dès le premier chapitre, je savais que ce roman ne me laisserait pas de marbre.

De suite, je me suis laissé embarquer dans cette histoire, histoire qui commence de manière simple. Ce premier chapitre sert à nous présenter le personnage de Déborah Pennac de manière ordinaire, classique, jusqu'au dernier paragraphe, nous laissant présager le pire quant à l'avenir de cette jeune femme.

Puis, dans le deuxième chapitre, Ingrid nous présente David Pennac. Ici aussi, cela est fait humblement. En peu de mots, elle fait en sorte qu'on commence déjà à s'attacher à lui (un peu de la même manière que pour Déborah), jusqu'à la fin qui vous laisse peu d'espoir concernant ce personnage quant à son avenir.

En deux chapitres seulement, Ingrid Desjours arrive à poser les bases de son histoire, à nous présenter deux des personnages principaux. En deux chapitres, elle arrive à faire en sorte qu'on s'attache déjà à eux et pire... qu'on s'inquiète, mais que surtout, on veuille savoir ce qui leur arrivent...

Pour moi, le point fort de ce roman est sans contexte l'écriture d'Ingrid. Je l'ai trouvé très immersive, limite empathique. À plusieurs reprises, j'avais l'impression d'être l'un des personnages de ce roman. J'ai essayé de dénouer le vrai du faux, à essayer de trouver un semblant d'explication tout au long de ma lecture sans y parvenir.

Car oui, s'il y a bien une chose que l'auteure aime faire, c'est de jouer avec son lectorat. J'ai vraiment eu cette impression d'être mené par le bout du nez du début à la fin. À plusieurs reprises, j'avais l'impression d'être l'un des personnages de ce roman. A chaque fois que j’avais un semblant de théorie… PAF ! Elle prenait un plaisir (limite sadique, j'en suis certain) à démonter ma théorie et à m'en proposer une nouvelle.

Ce que j'ai adoré également dans ce roman, c'est que je me suis attaché à tous les personnages, même ceux n'étant pas très recommandables. Pour ma part, le personnage qui me laissera un souvenir impérissable n'est autre que Gabriel Strano. Ce personnage à un tel charisme que tu ne peux vraiment pas ne pas être touché par lui. Certes, il ne fait pas vraiment partie de la catégorie des gentils, mais limite, si ce personnage existé réellement, je suis certain qu'on pourrait facilement tout lui pardonner.

Je ne pouvais terminer cette chronique sans vous parler de la fin. Une FIN de malade ! Quand enfin, nous obtenons les réponses face à nos interrogations, c'est avec un arrière goût dans la bouche que nous les digérons. Personnellement, je n'avais rien vu venir, cette chute aura été choquante pour moi.

Même si l'histoire est clôturée à l'issue de ce roman, de mon point de vue, des personnages restent avec assez de potentiel pour pouvoir développer une suite. Il est clair que j'aimerais vraiment beaucoup retrouver Gabriel et Sacha dans un autre roman, je suis certain qu'il y a encore beaucoup de choses à raconter sur eux, sur la suite de leur histoire...

Ce livre aura eu le mérite de me mettre une vraie claque. J'ai pris un immense plaisir à découvrir la plume et surtout le style d'Ingrid Desjours. Cette histoire est un véritable puzzle dont je n'aurais malheureusement pas réussi à remettre les pièces en ordre par moi-même (GAME OVER). Je me dis qu'Ingrid doit vraiment avoir un cerveau ccomplètement barré pour malmener ses lecteurs, mais également ses personnages de la sorte... Pourtant, je dois être maso, car ce genre de roman, moi, j'en redemande. 

Dès le mois prochain, je compte me mettre en quête de tous les romans de cette auteure afin de pouvoir me replonger dans son univers une fois qu'une petite impression de manque se fera ressentir (car oui, on devient très vite accro à l'univers d'Ingrid)...

Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de découvrir la plume meurtrière d'Ingrid Desjours : FONCEZ !!!

Ma note : 18/20

Éditeur : Robert Laffont
Parution : 2 Octobre 2014
Nombre de pages : 528
Prix : 21,50 €

2 commentaires:

  1. J'ai lu Echo de cette auteure et j'avais moyennement aimé..j'hésite à retenter l'expérience. Par contre, j'ai eu aussi l'occasion de la "rencontrer" à un salon du livres et je l'avais trouvé vraiment naturel !

    RépondreSupprimer
  2. j'ai aimé le travail que l'auteure a fourni autour des personnages mais il y avait trop de retournements de situations pour moi!

    RépondreSupprimer