Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

30 mars 2015

Nos faces cachées
de Amy Harmon

Broché : 436 pages
Éditeur : Robert Laffont 
Sortie : 22 janvier 2015
Collection R

La quatrième de couverture :

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être... Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...


Depuis le temps que j'entends parler de ce roman...

Dès qu'il a eu une date de sortie française pour la sortie de ce roman, je me suis empressé de l'ajouter dans ma wish-list. L'histoire n'avait pas vraiment réussi à m'interpeller réellement, mais Jess et Simi en parlaient avec tellement d'émotions que je ne me voyais pas passer à côté.

Le jour J, je me suis donc lancé et je suis allé l'acheter. Bon, on ne va pas rentrer dans le débat de la couverture... À croire que le young adult n'est destiné qu'à un public féminin... Par contre, ce qu'on ne peut pas reprocher à la Collection R de chez Robert Laffont, c'est que la plupart du temps, ils reprennent les couvertures originales.

À peine, le livre était entré chez moi, que j'ai commencé à le lire. Je ne le voyais pas rester dans ma PAL des mois et des mois. Je voulais savoir pourquoi, comment cette histoire s'y prenait pour créer un tel engouement.

Dès ma lecture du deuxième chapitre, j'avais déjà les larmes qui me montaient aux yeux. L'auteure aborde le sujet du 11 septembre avec des mots simples, mais elle arrive à vous replonger dans cette terrible journée en un rien de temps.

Je n'oublierais jamais ce jour horrible de 11 septembre 2001. Je rentrais du collège, j'étais exténué après une journée horrible. À cette époque, je n'avais pas pour habitude d'allumer ma télé à peine rentré. Pourtant, ce jour-là, j'ai zappé sur TF1 et j'ai été complètement catastrophé par les images que je voyais défiler devant mes yeux.

Les mots d'Amy Harmon auront réussi en une fraction de seconde à me faire replonger dans mes souvenirs enfuit de cette horrible journée.

Nous suivons trois personnages : Fern, une fille de pasteur, Ambrose, le fils d'un boulanger et Bailey, le cousin de Fern. À travers ces 3 personnages, nous allons vivre en « direct » cette tragédie.

Ambrose finis par prendre la décision que des centaines de jeunes à l'époque ont décidé de prendre : s'engager dans l'armée pour protéger son pays.

Il finit par revenir de la guerre, mais blessé, brisé. Il est peut-être toujours vivant, mais son âme, semble ne plus l'être. C'est à partir de ce moment que les choses changent, évoluent, que le roman commence réellement.

Je fais partie de ceux pour qui ce roman a été un véritable coup de cœur, une montée d'émotions. Pourtant, je dois bien vous l'avouer, le coup de cœur n'a pas eu lieu dès le début. Ce livre fait monter nos émotions crescendo. Au début, vous lisez sans comprendre réellement son succès, puis plus vous avancez dans l'histoire et plus vous êtes dévasté.

Je me suis retenu le plus que je le pouvais, je pensais même refermer la dernière page sans pleurer. Pourtant, quand j'ai lu la dernière phrase, j'ai eu cette sensation d'être submergé par un véritable raz de marée.

Puis après le chagrin, vient le déni... Je me suis tellement attaché à Fern, à Ambrose et surtout à Bailey pendant ma lecture que je refusais tout net le fait qu'ils soient des personnages fictifs. Même si la vie ne les épargne pas, le fait de savoir qu'ils n'existent pas réellement me brise le cœur.

C'est étrange... je n'avais jamais ressenti une telle chose en lisant un livre. Jusqu'à présent, j'arrivais à faire la part des choses entre réel et imaginaire, mais pas cette fois-ci.

J'ai terminé ce roman il y a plus d'un mois et j'y repense encore chaque jour. Cette lecture me travaille encore. J'ai tellement l'impression de connaître ces personnages..

Écrire cette critique à quelque chose de pénible pour moi. L'impression de rouvrir une ancienne blessure par encore tout à fait cicatrisé.

Il faut dire qu'Amy Harmon a créé des personnages tellement touchants qu'on ne peut pas rester insensible à ce qui leur arrive.

Je n'ai pas encore eu l'occasion d'aborder le style de l'auteure. Ne vous attendez pas à un style très recherché. Les phrases sont courtes, directes, mais c'est le point fort de son roman. Il n'y a nul besoin de fioriture pour entrer dans son intrigue. Ce style simple, épuré est l'un des points forts de son livre. Et puis, elle vous décrit tellement bien tous les personnages de son histoire, que vous avez vraiment l'impression que vous les connaissez, qu'ils sont vos amis.

Pourtant, quand j'ai commencé ma lecture et que j'ai vu que cette histoire était écrite à la troisième personne du singulier, ça m'a fait peur. Pour moi, il était clair que je n'arriverais pas à éprouver des choses en lisant ce livre, et pourtant...

Ce roman n'est pas un coup de cœur, ça va bien au-delà de ça... Je n'arrive même pas à vous trouver les mots justes pour vous dire ce que j'ai ressenti, ce que je ressens encore maintenant...

Quand on entend parler d'un livre avec autant d'insistance, autant d'éloges, on a une chance sur deux de miser trop d'espoir dessus, de finir sa lecture déçue. C'est un peu la crainte que j'avais en commençant à le lire et pourtant... il a tout balayé sur son passage...

Si je n'avais qu'un seul conseil à vous donner, ça serait celui-ci : 

Lisez « Nos faces cachées ...

Ma note : 19/20

2 commentaires:

  1. Superbe chronique !!! Eh bien tu vois, je suis une fille, et pourtant la couverture a tendance à me faire hésiter… Je trouvait ça trop accrocheur et du coup la méfiance l'emportait ! Pourtant, j'ai lu plusieurs bonnes chroniques le concernant (mais aussi certaines moins enthousiastes...) et pour finir je tombe sur la tienne... Alors voilà, je peux te dire que tu as convaincu une sceptique avec tes mots pleins d'émotions, merci ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'avais glissé dans ma wishlist et ta chronique me conforte dans mon choix!
    Bonne journée
    Laeti
    http://nuages-de-mots.blogspot.com

    RépondreSupprimer