Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

11 septembre 2015

L'enfant des cimetières
de Sire Cédric


Poche : 534 pages
Éditeur : Pocket
Sortie : 3 mars 2011
Collection : Policier / thriller
Où l'acheter : Amazon

Un fossoyeur vivant près d'un cimetière est pris d'une folie hallucinatoire et tue toute sa famille avec un fusil à pompe avant de se suicider. Un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les occupants d'un hôpital et tue Kristel, une artiste peintre. Plongé dans cette épidémie meurtrière, David, photojournaliste et compagnon de Kristel, décide de mener l'enquête. Avec l'aide d'Aurore, une jeune collègue ambitieuse, et du commandant de police Vauvert, ils vont être bientôt confrontés à l'inimaginable. Meurtres sordides et suicides pour le moins étranges s'enchaînent sous les yeux terrifiés des trois enquêteurs.


Il fut un temps, pas très lointain (il y a 10 – 12 ans pour être précis), je lisais beaucoup de thrillers et de policiers. En reprenant la lecture, il y a 5 – 6 ans, j’ai totalement abandonné ce genre sans trop savoir pourquoi. Vu que ma zone de confort me provoque de plus en plus de pannes livresques, j’ai eu envie de (re)découvrir autre chose. De plus, les vidéos de Séverine, de Fann et de Guillaume m’ont donné envie de m’y remettre.

J’entends très souvent parler de Sire Cédric. Vous êtes beaucoup à aimer ses romans. J’avoue que découvrir sa plume est une chose qui me travaille depuis un petit moment déjà. Les critiques semblent être unanimes concernant ses écrits. De plus, à chaque fois que je vois un reportage, un Vlog où il est présent, je trouve qu’il en jette. En plus, il est toujours hyper sympathique et souriant avec son lectorat.

Dès que j’ai eu dans l’envie de (re)lire un thriller, mon choix s’est très rapidement porté sur un roman de cet auteur et pas n’importe quel roman puisque j’ai décidé de commencer par sa première parution (il me semble) : L’enfant des cimetières.

Dès le prologue, dès la première page, je suis tombé irrémédiablement sous le charme de l’écriture de Sire Cédric. Ce prologue raconte une chose un peu gore, mais écrit d’une manière poétique. Les mots sonnaient tellement bien que je n’ai pas pu m’empêcher de le lire à haute voix (chose que je ne fais jamais).

Dès le premier chapitre, nous faisons la connaissance de David Ormeval, notre premier personnage principal. Photographe pour un journal, il nous apparaît vite comme quelqu’un d’extrêmement attachant. Il est marié à Kristel, une femme légèrement plus âgée que lui, artiste de surcroît.

Puis, nous rencontrons ensuite Alexandre Vauvert. Un inspecteur bourrin, avec un grand sens du devoir qui refuse de se faire manipuler et qui a le nez fin. Je l’ai adoré dès sa première apparition qui n’est pas très glorieuse pour le personnage puisqu’il râle (il faut dire que Vauvert est un grand râleur). À l’issue de ma lecture, j’étais ravi d’apprendre qu’on pouvait le retrouver dans « Le Jeu de l'Ombre », un autre roman de l’auteur.

Parmi les personnages que j’aurais aimé voir un peu plus développé (et oui, il fallait tout de même un, mais), j’ai l’impression qu’Aurore aurait pu avoir une plus grande place dans l’intrigue. J’ai adoré son aspect fouineuse, toujours présente dans les bons comme les mauvais moments, ne possédant apparemment pas d’instinct de survie. Peut-être aurais-je la chance de la revoir dans un autre livre de l’auteur (et oui, je compte me bouffer toute sa bibliographie les amis) ?

Du côté de l’histoire, je n’en dirais pas trop pour ne pas vous spoiler. D’ailleurs, je vous déconseille fortement de lire la quatrième de couverture (celle des éditions Pocket) qui en dit beaucoup trop de mon point de vue. Sachez juste qu’il est question de meurtres atroces, de légendes urbaines et de fantastique.

Et justement, en parlant de fantastique. J’étais curieux de voir comment l’auteur allait apporter cette petite touche dans son enquête. J’avais un peu peur que cela ne soit pas très bien amené. C’était mal connaitre Sire Cédric. L’auteur arrive magnifiquement bien à mélanger le rationnel et le surnaturel sans que cela sonne faux. Un vrai génie.

L’un des autres points forts de cet auteur, c’est qu’il sait parfaitement doser ses actions, ses révélations. De ce fait, le monsieur arrive très facilement à faire tenir l’intérêt de son lectorat. Même si le roman peut paraître un peu long au niveau du nombre de pages, je n’ai jamais ressenti une seule fois de l’ennui pendant ma lecture, bien au contraire. Il m’a captivé, fasciné du début à la fin. Chapeau l’artiste, il est rare que je ne finisse pas par décrocher une seule fois dans un livre.

Petite chose que je tenais à signaler avant de conclure cette chronique… J’ai constaté que sur le net, on avait tendance à qualifier ce roman de thriller gothique. Pour moi, le thème n’est pas vraiment exact. Quitte à le mettre dans une catégorie, je pencherais plus vers du thriller ésotérique.

Comme vous l’aurez compris, ce roman de Sire Cédric aura été pour moi un véritable coup de cœur. Commencé à relire des thrillers avec et grâce à cet auteur était une excellente idée. Je n’ai qu’une envie maintenant, lire toute sa bibliographie…

Ma note : 20/20


1 commentaire:

  1. J'adore cet auteur donc ce roman finira forcément dans ma PAL :D Surtout après avoir lu ton avis :)

    RépondreSupprimer