Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

26 juin 2016

La première chose qu'on regarde
de Grégoire Delacourt



Éditeur : JC Lattès / Le livre de poche
Broché : 250 pages / Poche : 224 pages
Prix : 17€00 (broché) / 7€10 (poche)
Sortie : 20 Mars 2013
Où trouver Grégoire Delacourt : Site / Facebook 


Le 15 septembre 2010, Arthur Dreyfuss, en marcel et caleçon Schtroumpfs, regarde un épisode des Soprano quand on frappe à sa porte. 
Face à lui : Scarlett Johansson. 
Il a vingt ans, il est garagiste. 
Elle en a vingt-six, et elle a quelque chose de cassé.




De Grégoire Delacourt, j’avais eu l’occasion de lire « La liste de mes envies » en 2014. À l’époque, j’avais beaucoup aimé cette lecture et je m’étais promis de lire d’autres titres de cet auteur.

Quasiment 2 ans plus tard, je respecte enfin cette promesse en sortant de ma bibliothèque « La première chose qu'on regarde ». Je me souviens qu’à l’époque de sa sortie, ce roman avait fait un véritable buzz surtout quand Scarlett Johansson avait eu connaissance de celui-ci et avait donc décidé de trainer devant les tribunaux l’auteur et sa maison d’édition.

Il faut dire que le pitch n’est pas très commun puisqu’on y rencontre Arthur Dreyfuss un jeune garagiste de 20 ans qui voit débarquer chez lui, un soir, Scarlett Johansson.

En commençant ma lecture de ce roman, je m’attendais à quelque chose de léger, de marrant. Une lecture sans prise de tête qui me ferait passer un bon moment. Dès la première page, j’ai su que ça allé être compliqué...

Je pense que vous savez maintenant, je n’ai pas pour habitude de pourrir un livre. Dans chacune de mes lectures, même celles que je n'ai pas vraiment appréciées, j’essaye toujours de relever deux – trois points forts. Malheureusement, ici, cela ne va pas être possible…

À mes yeux, ce livre est une catastrophe ! De la première à la dernière page. J’ai pris 3 semaines quasiment pour le lire tellement j’ai trouvé ça mauvais ! Je n’ai pas accroché à l’histoire, mais surtout, je n’ai pas accroché à l’écriture de Grégoire Delacourt !

Au niveau de son style, pardonnez-moi, mais je n’irais pas par quatre-chemins, c’est une horreur ABSOLUE ! La mise en pages de son texte est MERDIQUE ! Le pire vient à mes yeux des dialogues. L'impression de lire un véritable brouillon. C'est simple, pour moi, il n'y avait pas de mise en page du tout, même pas de saut à la ligne dès que l’on change de personnage. Ça aura été une lecture très difficile à suivre de par la décision de l’auteur de jeter ses mots sur le papier sans réellement mettre en forme son texte une fois le livre terminé.

Et puis l’histoire justement… C’était bizarre, parfois glauque. À plusieurs reprises, j’ai été mal à l’aise à la découverte de son intrigue. J’avais eu un petit coup de cœur pour « La liste de mes envies » et ici, je n’ai rien retrouvé de ce que j’avais adoré dans son précédent ouvrage.

Je pense qu’en écrivant ce roman, l’auteur avait un message à divulguer (un peu comme pour « La liste de mes envies »), mais j’avoue être passé totalement à côté. Il faut dire que j’étais tellement préoccupé a essayé de déchirer son texte, de savoir qui était en train de s'exprimer parmi nos personnages, que j’avais l’esprit un peu trop occupé pour y être totalement réceptif !

Je ne vais pas aller plus loin pour cette chronique. Pour une deuxième rencontre avec l’auteur, c’est totalement passé à côté. À l’heure actuelle, j’envisage de lire un autre de ses romans pour pouvoir trancher. J’espère que ma prochaine lecture d’un Grégoire Delacourt ne sera pas un aussi gros fiasco qu’avec ce titre, sinon, je pense que ça en sera fini de nous…

Ma note : 05/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire