Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

20 août 2016

Repose-toi sur moi
de Serge Joncour

Éditeur : Flammarion
Broché : 432 pages 
Sortie : 17 Août 2016 
Prix : 21€00
Où trouver Serge Joncour : Facebook / Twitter


Aurore est une styliste reconnue et Ludovic un agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ils n'ont rien en commun si ce n'est un curieux problème : des corbeaux ont élu domicile dans la cour de leur immeuble parisien. Elle en a une peur bleue, alors que son inflammable voisin saurait, lui, comment s'en débarrasser. Pour cette jeune femme, qui tout à la fois l'intimide et le rebute, il va les tuer. Ce premier pas les conduira sur un chemin périlleux qui, de la complicité à l'égarement amoureux, les éloignera peu à peu de leur raisonnable quotidien. 



Depuis quelques années, j’entends très souvent parler des romans de Serge Joncour. A force d’entendre que des louages le concernant, cela a titillé ma curiosité. Quand j’ai lu le résumé de sa nouvelle parution « Repose-toi sur moi », j’ai de suite eu envie de le découvrir. C’est dorénavant chose faite grâce à Oranne des éditions Flammarion que je remercie énormément pour sa confiance.

Même si j’entendais souvent parler de cet auteur, j’étais loin de m’imaginer qu’il écrirait de la romance. Je ne connaissais, en effet, pas grand-chose des histoires de ses autres romans publiés (et je désire toujours garder le suspense pour de prochaines découvertes). En ouvrant mon livre, j’étais à la fois enthousiaste, mais également un peu anxieux.

Dès le début, j’ai été charmé par sa plume. Sa manière de jouer avec les mots de notre langue. C’est doux, poétique, entraînant. Il y a un petit truc qui se dégage de son écriture qui m’a de suite séduit. Pendant ma lecture, j’ai rencontré des passages sublimes, tristes, mélancoliques reflétant avec brio notre société. Parfois, j’avais cette sensation de lire, de découvrir de la poésie.

Si je suis, de suite, tombé sous le charme de son écriture, de sa façon de nous narrer une histoire, j’ai pris un peu plus de temps avant de m’attacher à celle-ci. J’ai en effet trouvé le début un peu trop commun (je pense que j’avais mis la barre un peu trop haute). Finalement, je me suis rendu compte que plus les pages défilés et plus j’étais happé par le destin de nos deux protagonistes Aurore et Ludovic.

Pour en revenir à l’écriture en elle-même, il est vrai qu’au tout début, j’ai ressenti une petite frayeur. Le roman est écrit à la troisième personne du singulier. C’est un choix de l’auteur, mais généralement, c’est un choix que je n’approuve pas forcément. En lisant un livre, j’aime me sentir happer par celui-ci et souvent, le point de vue narratif externe ne me permet pas forcément de le faire. Certes, il m’aura fallu un petit temps d’adaptation, mais plus j’avançais dans l’histoire, moins ce choix me déranger. L’auteur a finalement réussi l’exploit de me faire ressentir des choses et j’ai réussi à me plonger intégralement dans se qu'il désirait me raconter.

Du côté des personnages, je  me suis senti très proche de Ludovic. Au premier abord, il nous apparaît comme un homme dur, émotionnellement renfermé. Il est très difficile d’accéder à ses pensées. Le fait qu’il soit solitaire et enfermé fait qu’il n’est pas facile à apprivoiser. J’ai beaucoup apprécié son tempérament et sa manière de voir le monde, sa manière de fonctionner. Il a vécu des choses dures, difficiles et à ce jour, ses blessures sont toujours à vifs. Fait très étrange, pendant ma lecture, j’ai vraiment eu la sensation que Serge Joncour s’était un peu inspiré de lui pour créer ce personnage. Pour avoir vu quelques interviews de ce monsieur, il apparaît comme une personne renfermée, discrète, mais dès qu’on l’entend s’exprimer, on se rend vite compte qu’il est adorable, gentil et d’une grande sincérité. A l'image de Ludovic…

Par contre, j’ai eu un peu plus de mal avec Aurore… Ne me demandez pas pourquoi, je serais incapable de vous répondre. Je ne suis pas parvenu à m’attacher à elle autant que je me suis attaché à Ludovic. On peut malgré tout dire que c’est un personnage fascinant. Je n’ai pas vraiment réussi à la cerner et pendant ma lecture, je me suis posé énormément de questions la concernant… Certes, elle fait partie intégrante de l’histoire au même titre que Ludovic, mais à mes yeux, c’est lui qui reste le véritable héros, le pilier de cette intrigue.


Quand on lit un roman, l’auteur partage avec nous une part de lui, une part de son âme. Ce roman est tellement touchant, tellement réaliste, tellement simple et authentique qu’il me tarde vraiment de découvrir ses autres écrits…


Concernant la fin de « Repose-toi sur moi », je suis un peu partagé. Je n’aurais pas rêvé mieux la concernant. Pourtant, il est vrai qu’en refermant la dernière page, j’ai eu une petite pointe de frustration. Aurore et Ludovic nous ont partagé un bout de leur vie. Elle est certes loin d’être terminée. Pourtant, j’ai eu l’impression en lisant le dernier paragraphe qu’ils ouvraient un nouveau chapitre. Un nouveau chapitre que je rêverais de découvrir, de lire. Je sais que Serge Joncour n’écrira jamais de suite, mais je me mets à espérer, à croire que dans un avenir proche, j’aurais la joie et le plaisir de retrouver ses deux protagonistes.


En bref : Pour ma première rencontre avec Serge Joncour, j’en sors complètement séduit. J’ai trouvé sa plume magnifique, touchante, travaillé. En ce qui concerne l’histoire en elle-même, il m’aura fallu un peu plus de temps, mais j’ai finalement adoré cette rencontre entre Aurore et Ludovic ainsi que leur évolution. Je n’ai pas vu les pages défilées et c’est avec regret que j’ai refermé mon livre. Je n’avais clairement pas envie de leur faire mes adieux. Il ne fait aucun doute que je lirais avec un énorme plaisir les autres livres paru de cet auteur…

Ma note : 17/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire