Mes derniers livres chroniqués :


Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

21 janvier 2017

Dernier meurtre avant la fin du monde
de Ben H. Winters

Éditeur : Super 8 / 10/18
Broché : 352 pages Poche : 336 pages  
Sortie : 12 février 2015
Prix : [Broché] 18€00 [Poche] 7€80
Où trouver Ben H. Winters : Site - Facebook

Concord, New Hamsphire. Hank Palace est ce qu'on appelle un flic obstiné. Confronté à une affaire de suicide, il refuse de s'en tenir à l'évidence et, certain qu'il a affaire à un meurtre, poursuit inlassablement son enquête. Il sait pourtant qu'elle n'a pas grand intérêt puisque, dans 6 mois il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre. Dans six mois en effet, notre planète aura cessé d'exister, percutée de plein fouet par 2011GV1, un astéroïde de six kilomètres de long qui la réduira en cendres. 



Dès que j’ai entendu parler de ce roman, j’ai eu envie de le lire. Un policier dans un monde en sursit s’apprêtant à être frappé par un astéroïde long de 6 km. Il faut avouer que le pitch est intéressant et le mélange des genres surprenant, non ?

Quand j’ai appris grâce à Séverine que ce premier tome de cette trilogie était disponible en poche, je n’ai pas résisté un seul instant et j’ai décidé de me le procurer. Je savais qu’une fois à la maison, celui-ci ne resterait pas longtemps dans ma bibliothèque et en effet, j’avais vu juste puisque 2 semaines plus tard, je n’ai pas hésité à le sortir de ma PAL.

Dans ce roman, nous suivons donc Hank Palace, quasiment trentenaire qui vient d’être « promu » à la criminelle. Vivant dans un monde en sursit, c’est quelqu’un d’assez simple, consacrant le peu de vie qu’il lui reste à son boulot. Quand il découvre un pendu dans les toilettes d’un Mac Do, il est convaincu qu’il s’agit d’un meurtre contrairement à sa hiérarchie. 

Hank Palace, voilà un « héros » qui m’a laissé un peu dubitatif. Je ne dirai pas que je ne l’ai pas apprécié, mais à plusieurs reprises, j'ai trouvé qu’il lui manqué d'un peu de caractère. Il est attachant, j’ai beaucoup aimé le suivre, mais je le trouvai très souvent un peu trop neutre, trop discret. Par contre, j’ai bien apprécié le fait qu’il décide de passer outre la conviction des autres afin de délier le vrai du faux concernant son enquête.

L’enquête, justement, est à mes yeux le gros point noir de ce roman. Je l’ai trouvé longue, parfois ennuyeuse. Il faut tout de même attendre plus des trois-quarts du roman pour apprendre que Hank avait vu juste. Je peux vous dire que cette recherche du meurtrier était véritablement l’élément qui m’a le plus gêné pendant ma lecture.

S’il y a une chose que j’ai beaucoup aimée par contre, c’est toute cette ambiance apocalyptique qui s’annonce. L’auteur arrive à instaurer une ambiance anxiogène tout au long de son récit. Le fait que le monde soit condamné apporte une ambiance pesante. De plus, l’auteur décide d’aborder avec intelligence ce qu’un tel avenir pourrait apporter comme chamboulement sociétal. On voit le monde changer et on se rend compte que ce qu’il aborde est tellement réaliste que si une telle chose venait à se produire dans notre réalité, le schéma aurait de fortes chances d’être identique.

Même si l’enquête s’avère close à la fin de ce premier tome, des questions restent en suspens. D’autres choses arrivent à Hank tout au long du récit relié à son passé. À l’issue de ma lecture, j’aimerais en savoir davantage sur la disparition de sa mère, mais surtout, voir le secret de sa sœur révélé. Et puis, il est vrai que je ne vous cache pas mon envie de savoir comment l’auteur va aborder la collision de l’astéroïde avec notre terre à l’issue de sa trilogie (en espérant qu’il ne décide pas de faire marche arrière).

Concernant le style de Ben H. Winters, j’avoue avoir été dérangé par quelques tournures de phrases un peu étrange parfois. Je ne pense pas que cela vienne réellement de l’auteur, mais plus de la traduction. Sinon, je n’ai pas grand-chose d'autre à signaler. A part ces deux – trois petites tournures de phrases étranges, le style était fluide, simple et efficace.

En bref : Il est clair que l’enquête n’a pas vraiment réussi à me captiver, mais je me suis totalement senti immergé dans la partie « monde en sursis » qui m’a beaucoup passionné. Au terme de ma lecture, je ne vous cache absolument pas l’envie de me jeter sur la suite pour voir comment l’auteur va aborder cette thématique assez particulière de fin du monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire