27 mars 2017

Pannes de coeurs
de Danielle Guisiano


Éditeur : Hachette - Collection : BMR
Numérique : 296 pages - Prix : 9€99
Sortie : 14 février 2017
Où trouver Danielle Guisiano : Facebook / Twitter

Deux sœurs : deux cœurs en panne. 
Suite à une déception amoureuse, Flora jure que le sien est irréparable. Elle multiplie les relations sans s’embarrasser de sentiments. Cependant, la liaison ardente et sans attaches qu’elle entame avec le Vincent pourrait bien changer la donne… 
Quant à Victoire, trahie par son petit-ami découvert dans les bras d’une autre, elle veut encore y croire. Pourtant, son nouveau job – s’occuper du sublime-mais-insupportable Archie, devenu aveugle à la suite d’un accident de ski – ne l’encourage guère dans ce sens. Mais un espoir ténu pourrait bien dégripper leurs cœurs, à moins qu’il ne les brise plus encore…


Après avoir lu « L’art et la manière », j’avais très envie de lire sa suite, « Pannes de cœurs ». Roman compagnon mettant en avant le personnage de Flora que j’avais adoré dans le premier tome. Il me tardait de la retrouver ici. Quand j’ai eu l’opportunité de le lire grâce à Netgalley et à Hachette que je remercie énormément pour l’envoi de ce titre, je n’ai pas hésité un seul instant.

Flora était un personnage qui m’avait beaucoup marqué dans « L’art et la manière ». Meilleure amie de Nicolas, belle blonde plantureuse, superficielle au premier abord. Elle m’avait complètement séduit. Même si elle voulait se donner l’image de la bimbo de service, je m’étais vite aperçu qu’elle avait vécue des choses difficiles dans son passé et j’avais fini par comprendre que cette apparence n’était qu’une façade.

En commençant « Pannes de cœurs », j’ai très vite compris que sa situation avait changé depuis le premier tome. Désirant pardonner à sa mère, elle s’est découverte une jeune sœur, Victoire. Le fait d’apprendre son existence, sa vie a automatique changé. Même si dans le fond, elle reste la même, le fait de devoir veiller sur sa jeune sœur l’a fait mûrir. 

J’ai été très surpris de constater que nous allions suivre l’histoire de Flora, mais également celle de Victoire. Moi qui voulais un roman entièrement consacré à la première, j’ai dans un premier temps été un peu déçu de constater que le roman serait coupé en deux parties différentes. 

Pourtant, même si j’en suis le premier surpris, l’histoire qui m’aura fait le plus vibrer, qui m’aura le plus touché n’est autre que celle de Victoire. Victoire est un personnage que j’ai adoré suivre, un personnage dont j’ai fini par beaucoup m’attacher.

Après avoir été trompé, Victoire trouve (en partie grâce à sa sœur) un travail. Elle devra veiller sur Archie, un jeune homme d’une vingtaine d’années ayant perdu la vue après un accident. Même s’il vit dans une famille aisée, on ne peut pas dire qu’il soit heureux de ce que lui offre la vie. Râleur, caractériel, colérique, on peut dire que la rencontre en ces deux-là ne se passe pas de la meilleure des façons. Pourtant, grâce à sa persévérance et à son caractère, Victoire va réussir à faire en sorte qu’il arrive de nouveau à apprivoiser les joies simples de la vie.

Quel magnifique duo ! J’ai été totalement emporté par la relation entre Victoire et Archie. Deux êtres blessés par la vie. J’ai pris énormément de plaisir à les suivre, à les voir évoluer. Chaque fois que je les quitté, je n’avais qu’une envie : les retrouver.

Moi qui voulais absolument retrouver Flora, je me suis rendu compte à la fin de ma lecture, que ce n’est pas son histoire qui m'a finalement le plus passionné. Pourtant, j’aime toujours autant ce personnage, mais j’ai été un peu moins happé par sa relation avec Vincent.

Vincent est le directeur des Bleuet. À leur première rencontre, on peut dire que Flora et lui ont été de suite possédé par le démon de midi. Pourtant, très vite, Flora commence à éprouver des sentiments sincères envers lui. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que le monsieur cache un secret. Sans le détester, Vincent n’est pas un personnage qui m’a marqué. Le seul attrait que j’éprouvais envers lui était par rapport à son fameux secret. Je me demandais pourquoi il réagissait de la sorte envers Flora à plusieurs reprises. Quand la réponse tombe enfin, cela ne m’a pas vraiment surpris.

Il faut dire qu’entre Archie et Vincent, il n’y a pas photo ! Archie est hyper charismatique. Son histoire est bouleversante et l’écriture de Danielle Guisiano arrive à parfaitement retranscrire ce qu’il traverse. Perdre la vue du jour au lendemain quand on adore lire et peindre doit être une chose terrible. C’est pour cela que je n’arrivais finalement pas à lui en vouloir quand il devenait agressif, qu’il envoyait balader Victoire.

En bref : Même si j’avais déjà beaucoup aimé « L’art et la manière », je trouve que cette suite le surpasse très largement de par ses thématiques abordés. J’ai été totalement happé par l’histoire, les personnages et surtout par l’écriture de Danielle Guisiano qui une fois de plus a réussi à faire mouche pour décrire à la perfection les sentiments humains. Même si je pense que cette fois-ci, la boucle est malheureusement bouclée, je serais ravi de retrouver ses personnages charismatiques dans un autre de ses futurs romans.

2 commentaires:

  1. L'histoire est compréhensible même si on a pas lu le 1er tome ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour (:
      Oui, l'histoire est parfaitement compréhensible, même sans avoir lu "L'art et la manière" :)

      Supprimer